Histoire et Photos de Cardroc

Historique de la commune de Cardroc

Origine du nom : peut-être du breton caer Deroc, “ville de Deroc”, Deroc étant un anthroponyme local.

Connu sous le nom de Cardreuc jusqu’au XVIè siècle, le village était au début du XIIIè siècle une trêve de Tinténiac, et l’abbesse de Saint Georges de Rennes nommait le chapelain chargé de la desservir. Ce dernier reçoit la jouissance de tous les droits paroissiaux appartenant à l’église, mises à part les dîmes de blé et de vin, réservés aux religieuses.

En 1233, Cardroc devient une paroisse distincte de Tinténiac ; ce fait est confirmé par Geoffroy, évêque de Saint-Malo et entériné en 1442 par le pape Eugène IV. Comme dans le reste du canton, Cardroc vivait de l’activité des nombreux tisserands dès le XVIè siècle et jusqu’au XVIII siècle. La commune en aurait compté jusqu’à 200.

 

La Croix Boissée à l’origine de Cardroc

Un village de tisserands

Ce hameau regroupe un ensemble de maisons des XVIè-XVIIè siècles et constitue le village primitif de Cardroc.

Les maisons en granit richement ornées que l’on peut encore admirer appartenaient probablement à des tisserands. Cardroc possède une longue tradition de production textile, dès le XVIè siècle et jusqu’au XIXè siècle, comme l’atteste un rapport sur l’état de l’industrie remis au préfet en 1852. On apprend que la commune s’était spécialisée dans la production de toiles d’emballages. Malgré le déclin de l’activité toilière, on dénombrait encore à Cardroc 160 tisserands et 121 métiers à tisser.

La production annuelle était de 42 100 mètres de toiles de lin pour un total de 21 340 kg.

L’industrie textile disparaît complètement au XXè siècle. Le dernier tisserand de Cardroc, M. Dufouil, a brûlé son métier à tisser, comme le voulait la tradition lorsqu’il n’y avait pas de repreneur, après la première guerre mondiale.